Investissement en loi Pinel

Un investissement loi Pinel peut etre très intéressant pour un investisseur et contribuable français, si il est préparé avec attention et que le lieu d'investissement est bien choisi.

En effet, le critère principal de rentabilité d'un achat dans le neuf en suivant les conditions du dispositif Pinel afin de pouvoir bénéficier d'une réduction d'impôt est la localisation du logement.
Elle déterminera la facilité a louer ainsi que le plafond de loyer maximum, ceci ayant pour conséquence de réduire l'effort d'épargne mensuel à fournir pour rembourser le prêt contracté auprès de sa banque lors de l'achat.

Réduction d'impot lors d'un investissement Pinel

Les réductions d'impôt sur le revenu proposées par le gouvernement dépendent de la période durant le bien immobilier sera loué, avec un minimumde 6 ans et un maximum de 12 ans :

programme-immobilier-neuf.jpg

Investir dans l'ancien avec Pinel

Pour pouvoir bénéficier des mêmes avantages que le système Pinel, qu’il s’agisse de l’ancien ou du nouveau, l’hébergement doit répondre à certains critères. Il doit d'abord être en état d'abandon et sa réhabilitation doit être proche du neuf, le tout sous la supervision d'un expert en construction.

Les anciens logements destinés à l'investissement à Pinel dans l'ancien ne doivent pas respecter les caractéristiques de la décence, avant le travail. Mais à la fin des travaux, il doit satisfaire à toutes les caractéristiques de décence et de performance énergétique. Ces critères ont été énumérés de manière à ce qu'un expert indépendant évalue de manière objective les conditions d'hébergement avant et après le travail.

Loi Denormandie

Le dispositif est destiné aux investisseurs qui souhaitent acheter une propriété existante pour la louer. Ils pourront déduire de leurs impôts sur le revenu entre 12% et 21% de leur investissement, selon qu’ils louent leur propriété pour une durée de 6, 9 ou 12 ans. Pour bénéficier de cette déduction fiscale, ils devront réaliser une quantité de travaux représentant 25% du total de l'opération, dans la limite de 300 000 euros. Le travail doit être facturé par une entreprise. Le système fonctionnera dans les territoires où les besoins sont identifiés et s'appliquera "aux maisons situées au centre des municipalités dont le besoin de réaménagement de logements dans le centre-ville est particulièrement marqué".

Un premier décret qui paraîtra clarifiera la nature de la restructuration nécessaire. Un deuxième décret précisera les villes où le système fiscal sera accessible. Le ministre du Logement a indiqué que 222 municipalités avaient été sélectionnées dans le cadre du plan d'action du centre-ville et que tous ceux qui avaient signé une convention pour la revitalisation du territoire.